Parole de..., le journal du collège Travail-Langevin (93170 Bagnolet) est sur Internet !

Articles mis en ligne par Pierre LEVANNIER

Année scolaire 2016-2017

Les différents métiers dans un collège

Voici un article pour présenter les différents métiers dans un établissement scolaire.

 

L’équipe administrative :

Principal(e) : il/elle dirige le collège.

Principal(e) adjoint(e) : il/elle assiste le/la Principal(e).

Secrétaire : il/elle établit les certificats de scolarité.

Gestionnaire : il/elle s’occupe des cartes de cantine, prépare et gère le budget.

 

L’équipe vie scolaire :

C.P.E. : responsable des surveillants. Se charge de la gestion quotidienne des élèves.

Surveillants : ils/elles surveillent les élèves en salle de permanence et en cour de récréation.

 

Les professeurs :

Professeur : personne qui enseigne différentes disciplines (français, mathématiques, etc.).

Professeur documentaliste : personne qui gère le Centre de Documentation et d’Information (C.D.I.).

  

L’équipe médico-sociale :

Conseiller(ère) d’orientation psychologue : personne qui aide les élèves à s’orienter dans leur avenir professionnel.

Médecin scolaire : il/elle examine les élèves malades et fait les visites médicales.

Infirmier(ère) : personne qui s’occupe des premiers soins des élèves.

Assistant(e) social(e) : il/elle écoute les personnes en difficulté et leur propose des solutions et des conseils.

 

L’équipe d’agents techniques :

Agent d’accueil : il/elle accueille les différentes personnes qui rentrent dans l’établissement scolaire (ex. : élèves, parents, etc.).

Agents d’entretien : ils/elles s’occupent de la propreté de l’établissement.

Personnels de restauration : ils/elles préparent et servent les plats et nettoient les plateaux, les couverts, les verres et les assiettes.

Personnels de réparation : ils/elles sont chargés de faire les petits travaux (ex. : déplacer les meubles, réparer les portes, etc.).

 

 

Cyrielle LECOEUR-LINDIN et Stefan NEDELJKOVIC

 

Crédit photo : www.douzedouze.fr 

 

 

La mort d’un artiste : Léonard Cohen

Né le 21 septembre 1934 à Westmount, au Québec, Léonard Cohen est un auteur, compositeur, musicien, poète, écrivain et interprète.

 

D’ascendance polonaise, Léonard Cohen grandit dans une famille juive aisée mais son père, Nathan Cohen, meurt alors qu’il n’a que 9 ans. C’est à l’adolescence qu’il commence à jouer de la guitare et entre dans le Westmount High College en 1948. 5 ans après avoir été admis à l’Université McGill de Montréal, il publie son premier recueil de poésies en 1956. Il s’installe sur l’île d’Hydra, en Grèce, en 1960. Léonard Cohen écrira beaucoup de livres, dont The Favorite Game (1963) ou Beautiful Losers (1966). Il part pour les Etats-Unis au bout de plusieurs années et fait sa première apparition sur scène à New York, le 30 avril 1967. Son premier album, Songs of Leonard Cohen, sort en 1967 et aura de bonnes critiques. 2 ans plus tard sort Songs from a Room, son deuxième album qui contient la chanson The Partisan (titre interprété en français, qui rend hommage aux Résistants de la Seconde Guerre mondiale). En 1977, il publie son cinquième album, Death of a Ladie’s man. Ainsi, l’artiste a sorti plus de 14 albums au cours de sa carrière. Son dernier album, You Want it Darker, était particulièrement nostalgique. Lors d’une interview, il confia aux journalistes qu’il sentait sa fin arriver et qu’il était prêt. Il mourut le 7 novembre 2016, à l’âge de 82 ans, à Los Angeles.

 

Mon avis : je pense que Léonard Cohen était un chanteur d’exception, qui a marqué une génération entière.

 

Source : Wikipédia.

 

Noémie PIRON

 

Crédit photo : www.profession-spectacle.com 

 

 

Qu’est-ce qu’une élection présidentielle ?

La République française fonctionne selon le principe du gouvernement représentatif.

 

La fonction première de l’élection est de permettre aux citoyens de choisir leurs gouvernants et leurs représentants, qui rédigeront et voteront la loi en leur nom au Parlement. Ainsi, l’élection est une délégation de souveraineté. Elle constitue, au sein d’une société organisée, une « soupape de sécurité ». En effet, c’est la possibilité pour les citoyens de pouvoir régulièrement exprimer leur mécontentement ou, au contraire, donner un nouveau mandat au pouvoir.

Mais en vrai, qu’est-ce qu’une élection ? A quoi sert-elle ? Pourquoi avons-nous besoin d’un dirigeant ? Ce sont les questions que sans doute certaines personnes se posent. Moi-même, je cherche à comprendre ce que cela signifie.

 

Mon avis : une élection présidentielle sert à élire un dirigeant, qui devra ensuite prendre des décisions pour le pays et pour le sécuriser.

 

Voici les avis d’autres personnes à ce sujet :

« Pour moi, une élection sert à élire un président pour diriger la France et pour mettre en avant nos projets ».

«  Pour moi, un président sert à améliorer l’état du pays ».

« Une élection est un événement par lequel le peuple élit directement son président parmi plusieurs candidats ».

«  Il s’agit pour la communauté d’élire le chef de l’Etat. Le mandat dure 5 ans ».

 

Sarah ARAB

 

Crédit photo : www.francetvinfo.fr

 

 

La rencontre avec Souleymane Cissokho et Ali Oubaali

Les membres du « Club journal » ont eu la chance de recevoir au C.D.I. le boxeur médaillé olympique Souleymane Cissokho et son entraîneur, Ali Oubaali.

 

Souleymane Cissokho a gagné la médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Rio en 2016, dans la catégorie des poids welters. Il s’entraîne à Bagnolet, au « Top Rank » (78 avenue de la Dhuys). Il est venu au collège le jeudi 26 janvier 2017, avec son entraîneur Ali Oubaali, quelques jours seulement après son premier combat professionnel (victoire expéditive en un round).

Souleymane Cissokho s’est mis à la boxe par hasard. Il a commencé à 14 ans. Très rapidement, il a obtenu des titres chez les jeunes. Aujourd’hui, Souleymane Cissokho est encore étudiant. Il est en Master II Droit du sport à la Sorbonne. Selon lui : « dans la vie, c’est le travail qui paye ». Son objectif pour 2017 est le titre de Champion de France professionnel. Il est aussi partant pour les Jeux Olympiques de 2020, avec l’envie de gagner une nouvelle médaille.

Ali Oubaali (qui a participé aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000, avant de passer professionnel) est l’entraîneur de Souleymane Cissokho depuis 7 ans. Il a rapidement remarqué son talent : « Souleymane est un boxeur pas comme les autres ». Pour lui, Souleymane essaie d’être un exemple pour la jeunesse. Ali Oubaali nous a expliqué qu’il était important de bien travailler à l’école, car : « le savoir est une arme ».

A la fin, nous avons fait des photos avec Souleymane Cissokho et son entraîneur, ainsi qu’une séance de dédicaces. C’était super sympa ! Nous remercions Souleymane Cissokho, Ali Oubaali et Souad Soulimani, la présidente du « Top Rank », d’avoir permis cette rencontre.

 

Manthia DOUCOURE

 

Si vous voulez avoir des informations sur le club de boxe

« Top Rank » de Bagnolet : 

 

Site Internet : www.toprankbagnolet.com

 

Page Facebook : www.facebook.com/TopRankBagnolet

 

© www.leparisien.fr

 

Notre voyage en Angleterre, à Londres

Ce voyage a concerné des élèves répartis sur 3 classes de 4e. Il s’est déroulé du 6 au 11 mars 2017. Mélissa nous raconte.

 

Nous sommes partis du collège vers 23h00. Nous étions très excités à l’idée d’aller en Angleterre. Après le départ, dans le car, les professeurs nous ont distribué un carnet de voyage. Après 3h de car, nous sommes arrivés au port de Calais. Nous  sommes descendus pour un contrôle d’identité. Le car est ensuite monté dans le bateau. Une fois à bord, nous sommes montés dans les étages. Au dernier étage, c’était ouvert, on pouvait prendre l’air, regarder l’horizon... Comme c’était le soir, il faisait tout noir ! Le bateau bougeait beaucoup. Après 1h de traversée, nous sommes arrivés à Douvres, en Angleterre. De Douvres, nous devions remonter dans le car pour aller à Londres. Nous y sommes enfin arrivés vers 8h ! A peine arrivés, nous sommes allés visiter le Shakespeare’s Globe théâtre. C’était intéressant, on a appris de nouvelles choses. L’après-midi, nous avons fait une balade sur la Tamise. Nous avons vu de nombreux monuments célèbres de Londres comme Big Ben, la Tour de Londres, la cathédrale Saint-Paul, le Tower Bridge, etc. A 18h, nous sommes remontés dans le car pour rejoindre nos familles. Arrivés au point de rendez-vous, chacun s’est rendu dans sa famille d’accueil, avec ses valises et ses affaires.

Le lendemain, le rendez-vous était à 8h pour une promenade à pied dans le quartier de Westminster. A 11h, nous sommes partis voir la relève de la garde : c’était impressionnant. Après, on a mangé à Hyde Park : c’était trop bien ! Il y avait des écureuils, des oies, etc. On a donné à manger aux écureuils. Ensuite, nous avons visité le Science Muséum.

Le lendemain, départ à 8h pour une visite panoramique, avec un guide. C’était une dame, elle était très gentille. Elle parlait un peu français. Elle nous a raconté l’histoire de Londres. L’après-midi, nous avons été au musée Madame Tussaud. C’est un musée où il y a des statues en cire de personnalités connues comme Kim Kardashian, Nelson Mandela, Donald Trump, François Hollande, Rihanna, etc. Après le musée, nous avons eu quartier libre dans les rues d’Oxford Street, avant le retour dans les familles.

Dernier jour : départ à 7h30, avec une visite du British Muséum, avec le carnet de voyage à remplir, car il y avait des questions sur les sculptures de ce musée. L’après-midi, nous avons eu un grand quartier libre, de 13h à 18h. Quelques élèves se sont retrouvés au « Macdo » pour manger ensemble pour le dernier soir. Nous sommes partis de Londres à 19h. Nous avons pris le bateau comme à l’aller. Nous étions de retour au collège vers 6h : tout le monde était dans ses rêves. Ce voyage m’a marquée et a changé mon opinion sur l’anglais. Je remercie de tout cœur Madame Desjardins, Madame Talini, Madame Blanc et Monsieur Jouan.

 

 

Mélissa FATAHINE 

 

© traveldigg.com

 

L'Armada des bahuts

Grâce à « L’Armada des bahuts », les élèves de la section lutte de 4e et de 3e, accompagnés par Monsieur Carlos et Monsieur Laurent, ont pu faire un voyage au cours duquel ils ont pratiqué la navigation sur des voiliers de croisière. Le séjour s’est déroulé en Bretagne, du dimanche 7 mai au vendredi 12 mai 2017.

 

Nous sommes partis le dimanche 7 mai vers 23h. Le lendemain matin, nous sommes arrivés au Port du Crouesty. Nous avons fait la connaissance des bénévoles et des skippers, et nous avons visité les voiliers. Ensuite, nous avons fait les courses pour la semaine. L’après-midi, on a commencé la navigation jusqu’au Port Haliguen, où nous sommes restés une nuit.

Le lendemain matin, nous avons déjeuné en compagnie de nos skippers. Ensuite, nous avons été à la plage. Sur la plage, nous avons joué au Football, nagé dans la mer, etc. Puis, l’après-midi, navigation vers le port de Belle-Île, où nous avons séjourné deux nuits. On a profité de la vue, on a joué à des jeux de société, on a fait une randonnée à vélos sur les côtes de Belle-Île. Nous avons également organisé une petite séance de lutte face à la mer.

La matinée suivante, Monsieur Carlos a mis en place un « Urban challenge » qui consistait à relever des défis dans la ville (c’est le seul jour où nous avons eu de la pluie). Puis, nous avons pris les voiliers vers 16h pour retourner vers Port Haliguen, où nous avons fait une soirée crêpes.

Le lendemain, le réveil fut difficile. Nous avons pris la mer avec les voiliers vers le Port du Crouesty. A l’arrivée, nous avons pris le temps de faire les magasins du port. En fait, nous avons eu du temps libre pour acheter des souvenirs. L’heure du départ a ensuite sonné ! Nous avons pris le car le vendredi vers 17h. Nous étions de retour à Bagnolet vers minuit. Cette aventure a vraiment été agréable.  

 

 

Stéphan ARENT

 

© www.justacote.com

 

Le voyage en Sicile des élèves options grec et latin

Les élèves des options Grec et Latin ont eu, une nouvelle fois, la chance de visiter la Sicile lors d’un voyage organisé par Madame Woydyllo.

 

Nous sommes partis le lundi 15 mai à 12h du collège : nous étions excités et pressés d’arriver ! Après un vol d’environ 3h, nous avons atterri à Palerme et rejoint notre premier hôtel. Le soir, nous avons goûté nos premières spécialités italiennes : risotto et mozzarella !

Après notre premier réveil sur le sol Sicilien, nous sommes allés visiter la grande cathédrale et le cloître de Monreale. Les mosaïques byzantines étaient magnifiques ! L’après-midi, nous nous sommes dirigés vers Ségeste où, après une longue randonnée dans les collines, nous avons découvert le théâtre grec. Un groupe d’élèves a alors pu jouer l’extrait d’une pièce de théâtre d’Aristophane dans l’enceinte de ce théâtre vieux de 23 siècles ! Puis, nous nous sommes dirigés vers l’antique cité de Selinonte, où nous avons découvert un temple majestueux assez bien conservé.

A midi, les professeurs nous avaient réservé une surprise : la plage ! Nous nous y sommes installés pour 2h, le temps de déjeuner et de marcher dans l’eau fraîche et turquoise. Le paysage était superbe. Les pieds dans l’eau, nous avons pris des « selfies », nous avons trouvé une barque dans laquelle nous nous sommes amusés et un chien, qui semblait abandonné, nous a tenu compagnie.

Déjà deux jours s’étaient écoulés ! Que le temps passe vite... Guidés par une Sicilienne qui parlait très bien français, nous avons tout d’abord visité le musée archéologique régional puis, toujours accompagnés, nous avons découvert la vallée des temples.

Enfin, le jour tant attendu par les élèves est arrivé ! Dans la matinée du jeudi, nous avons visité une riche villa romaine près de Piazza Armerina, célèbre pour ses mosaïques qui représentent par exemple des parties de chasse ou des femmes en bikini faisant du sport et jouant ! L’après-midi, nous nous sommes lancés dans un trekking sur un volcan actif : l’Etna ! Après 2h de montée, nous avons pu admirer l’incroyable paysage du haut du cratère de l’éruption de 2002, aidés de notre guide Natale (« Noël » en français !). Nous sommes montés à plus de 2300 mètres d’altitude ! La descente, en particulier, a été fantastique ! Cette grande pente, un terrain parsemé de roches et avec des cendres dans les chaussures, a occasionné plein de fous rires et de petites chutes. Ça respirait la bonne humeur et l’entraide ! En résumé, nous sommes super contents de notre voyage qui nous a apporté plein de connaissances sur la vie dans l’antiquité, des découvertes culturelles, un trekking inoubliable et des moments entre nous qui resteront gravés dans notre mémoire à jamais !

 

 

Jasmine DJENNANE, Julie MAREM et Mossab SAKER

 

© Photo fournie par Isabelle Woydyllo

 

Le concert du lundi 30 janvier 2017 au foyer

Grâce à l’association OPPERA (avec 2 « p », c’est un sigle) composée de bénévoles, le collège Travail a accueilli un orchestre le lundi 30 janvier 2017, pour un concert mémorable. 

 

Ce concert s’est déroulé au foyer de 20h à 21h. L’orchestre, composé de 40 musiciens, a joué des extraits de la 40e symphonie de Mozart, des extraits de Pierre et le Loup, Le déserteur, Skyfall et une composition contemporaine : FÜR H, Adagio, du Parallel Théâtre. J’ai bien aimé la 40e symphonie de Mozart, mais je n’ai pas aimé Pierre et le Loup car c’était trop long. Pour Le déserteur et Skyfall, le public devait chanter avec l’orchestre. Pour Le déserteur, tout le public a chanté, mais pour Skyfall, personne ne connaissait, donc personne n’a chanté. Les professeurs qui ont organisé ce spectacle sont Madame Grimaldi et Monsieur Parinaud. Ce projet a été financé par le Foyer socio-éducatif et le collège. Il y a eu beaucoup d’élèves qui sont venus avec leur famille ou des amis (une centaine de personnes en tout). Le compositeur de Pierre et le Loup est Serge Prokofiev. La chanteuse qui a chanté Skyfall est Adele. Le compositeur du déserteur est Boris Vian. J’ai bien aimé le spectacle, mais ce n’est pas tout le monde qui a pu y assister, car c’était surtout pour les élèves de 6e et leurs familles.

 

 

Natacha REN

 

 

© Francis PARINAUD

 

En direct avec Thomas Pesquet

Les élèves de 4eD ont posé des questions à Thomas Pesquet en direct, le lundi 20 mars 2017, via un site Internet connectant les enfants du monde entier.

 

Face à Thomas Pesquet, en apesanteur dans la station spatiale internationale (ISS), les élèves se sont montrés curieux et ont fait preuve d’originalité dans leurs demandes. Par exemple : « Est-ce que l’eau recyclée de votre sueur et de vos urines est vraiment bonne ? ». En direct de l’espace, Thomas Pesquet a dialogué avec plus de 10 000 classes du CP à la 3e.

La Ministre de l’Education nationale de l’époque, Madame Najat Vallaud-Belkacem, est apparue sur l’écran pour poser à son tour une question. Elle propose à Thomas Pesquet de continuer son travail de pédagogie auprès des scolaires après son retour sur Terre. Celui-ci est ravi : « Avec plaisir ! J’ai à cœur de partager mon expérience avec le plus grand nombre de personnes possible ».

L’idée de cet échange est née après la rencontre de Madame Najat Vallaud-Belkacem avec Thomas Pesquet, avant son départ pour l’ISS. La Ministre, impressionnée par ses qualités de vulgarisateur et sa proximité avec le public, a alors décidé d’en faire le chef de file d’une série de rencontres « à distance » avec d’autres grands chercheurs.

 

Ragavi RAMKUMAR

 

© www.20minutes.fr

 

Jérémy Gatta, jeune prodige du Football

Jérémy Gatta, 15 ans, est scolarisé au collège Travail en classe de 3eE. Il joue actuellement au Paris Saint-Germain, en équipe de jeunes. Dieurich lui a posé des questions sur son parcours.

 

Parole de… : Quand as-tu été recruté par cette fameuse équipe du PSG ?

Jérémy Gatta : J’ai été recruté par le PSG il y a deux ans, à la suite d’un ensemble d’étapes. Ce club me suivait depuis longtemps.

Parole de… : Es-tu passionné par le Football depuis longtemps ?

Jérémy Gatta : C’est vrai que cela fait très longtemps que je fais du Football. J’ai commencé à vraiment regarder les matchs vers l’âge de 5-6 ans. Donc, ça fait à peu près 10 ans que je suis vraiment passionné de Football.

Parole de… : Tu as commencé dans quelle équipe et quel est ton parcours ?

Jérémy Gatta : J’ai commencé à jouer à Bagnolet, parce que c’est le club de ma ville. Vers l’âge de 8-9 ans, j’ai fait une détection au Paris FC qui a été concluante : j’ai été pris. Malheureusement, comme c’était loin et que j’étais petit, je n’ai pas pu trop y aller. A la suite de ça, j’ai été au FC Romainville pendant plusieurs années. C’est le club qui m’a vraiment permis de progresser. J’ai beaucoup appris là-bas. C’est à partir de là qu’il y a eu beaucoup de clubs qui sont venus me voir (Troyes, Monaco). A partir de 14 ans, tous les ans, on faisait des tours à Clairefontaine pour intégrer le centre là-bas. J’ai été jusqu’au dernier tour avant le stage final. Cela m’a permis d’avoir une bonne exposition. C’est ce qui a fait que le PSG est venu.

Parole de… : Est-ce que le PSG est ton équipe de rêve ?

Jérémy Gatta : Je dirais oui et non. Moi, je suis Parisien, j’ai grandi ici, j’ai toujours suivi le PSG. Après, c’est vrai que depuis quelques années, le projet du club est différent, il y a de nouveaux investisseurs, les Qataris. Cela fait que maintenant le club est plus coté qu’avant. C’est vrai que ce serait un rêve pour moi de jouer au Parc des Princes. Après, si c’est pour parler vraiment de mon rêve, ce serait d’intégrer le Real de Madrid, parce que pour moi, c’est le plus grand club du monde.

Parole de… : Quels sont tes projets pour plus tard ?

Jérémy Gatta : Soyons réaliste, ce serait de continuer à progresser dans le Football et pourquoi ne pas finir footballeur professionnel, cela reste mon objectif numéro 1. Après, je suis conscient que le Football c’est quelque chose de très compliqué, très fermé. Aussi, je n’oublie pas que l’école c’est le plus important. Ce n’est pas à négliger du tout. Les gens ont parfois tendance à l’oublier. Même quand on est dans des structures comme les centres de formation, l’école prime sur le Football. Du côté des études, j’aimerais bien travailler dans la finance, en tant que banquier par exemple.

 

Merci à Jérémy d’avoir répondu à mes questions. Espérons qu’il deviendra une légende du Football.

 

Dieurich NGIKA

 

© www.psg.fr

 

Davy Makoma, grand joueur de Handibasket

Davy Makoma, 16 ans, est lui aussi scolarisé au collège Travail, en 3eD. Il pratique le Handibasket (Basket en fauteuil) à un très haut niveau. Hoany lui a posé des questions sur cette passion.

 

Parole de... : Fais-tu ce sport depuis longtemps ?

Davy Makoma : Oui, ça va faire 6 ans. J’ai commencé à l’âge de 10 ans. Maintenant, je le pratique tout le temps.

Parole de... : Est-ce une passion ?

Davy Makoma : Oui, c’est une passion. Au départ, je voulais faire du Basket ordinaire, mais mon handicap ne me le permet pas. Quand j’ai rencontré mon entraîneur actuel, il m’a proposé de faire du Handibasket. C’est de cette manière que j’ai découvert cette discipline. Maintenant, j’adore, je trouve ça trop bien.

Parole de... : Les règles du Handibasket sont-elles différentes de celles du Basket classique ?

Davy Makoma : Certaines règles sont adaptées. Par exemple, le « marcher ». En Handibasket, cette règle a été supprimée. Sinon, les règles sont les mêmes. Il n’y a aucune différence. Le panier est à la même hauteur. Le marquage au sol est identique. Ils veulent que le Handibasket ressemble le plus possible à du Basket pour les valides. Ce n’est pas parce que ce Basket est pratiqué par des handicapés qu’on doit leur adapter la discipline.

Parole de... : Est-ce que c’est plus difficile de faire du sport en fauteuil ?

Davy Makoma : Oui, c’est dur quand tu commences et que tu es nouveau. Il faut savoir à la fois manier le ballon et manier le fauteuil. Si tu ne sais pas faire les deux en même temps, c’est très compliqué.

Parole de... : Est-ce que ce n’est pas difficile, quand tu es en fauteuil, de lancer la balle dans le panier en hauteur ?

Davy Makoma : Cela s’apprend au fil du temps. Au début, ça va être difficile, parce qu’on est déséquilibré. Quand tu shootes debout, tu as l’impulsion des jambes. Quand tu es assis, tu n’as plus du tout de force qui peut t’aider à propulser la balle. Avec la musculation et l’habitude, on arrive facilement à mettre la balle dans le panier.

Parole de... : Quels sont tes objectifs pour le futur ?

Davy Makoma : Déjà, le Championnat de France, qui commence dans une semaine. Après, c’est de monter en équipe 2. Ensuite, on verra, j’espère intégrer l’équipe de France Espoirs prochainement.

 

Je remercie Davy d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

 

Hoany DAIJARDIN

 

 

© Photo fournie par Davy MAKOMA

 

Infos AS / UNSS

Voici quelques informations sportives

sur les élèves du collège.

 

Basket

Quatre tournois organisés, un par niveau (6e, 5e, 4e et 3e) :

participation très satisfaisante, avec, à chaque tournoi,

entre 10 et 15 équipes, ainsi qu’une équipe d’adultes du collège.

Bon esprit sportif durant tout le tournoi.

 

Handball

Tournoi organisé en juin, pour découvrir l’activité.

 

Rugby

Tournoi interclasses pour les 6e et les 5e. 2 équipes qualifiées

(garçons de 5eE et filles de 5eA) pour le tournoi

inter-établissements de La Courneuve. 

 

Football

Interclasses 4e et 3e le mardi 23 mai.

 

Raid nature

Des équipes mixtes (2 garçons et 2 filles) de 4e et de 3e

s’affrontent sur 5 activités (canoë, relais VTT, bike and run,

 course d’orientation et trail) contre les autres collèges du 93.

Cette manifestation a eu lieu le mercredi 10 mai, à la base de

Champs-sur-Marne. Résultats : 4e, 5e et 18e place pour 3

équipes du collège engagées. 

 

Step

Les élèves de l’AS sont Championnes départementales !

 

Voile

« L’Armada des bahuts » avec les lutteurs (séjour voile, voir le

détail dans l’article plus haut).

 

Gymnastique

Encore un beau palmarès cette année pour les élèves de l’AS

Gymnastique du collège ! Plusieurs équipes ont participé aux

différents championnats et se sont distinguées par des résultats

très honorables. Ex. : Vice-championnes départementales pour

l’équipe 1 et une première belle participation à ce championnat

pour l’équipe 2. Enfin, nos débutantes de cette année ont terminé

2e et 3e au Critérium des AS, un résultat plus qu’encourageant !

Bravo aussi à nos juges, sans qui nous ne pourrions pas participer

aux compétitions ! Leur professeure, Madame Olivier, est

vraiment très fière d’elles ! 

 

 

Rencontre avec Monsieur Bonelli, l'assitant social

 

Enzo a souhaité nous présenter le rôle de l’assistant social dans un collège. Il est donc parti poser quelques questions à Monsieur Bonelli.

 

Parole de… : En quoi consiste votre travail ?

Monsieur Bonelli : Ma mission principale, c’est de m’assurer que les élèves puissent faire leur scolarité de la façon la plus épanouie possible. Par exemple, je dois veiller à ce que cela se passe bien à la maison. J’œuvre dans le cadre de la protection de l’enfance. Le jeune ne doit pas être victime de violences, ni au collège, ni à la maison. Quand cela se passe très mal, l’assistant social peut être amené à faire des signalements. Je m’occupe également des enfants qui connaissent des situations financières difficiles et qui n’ont pas, par exemple, toutes leurs affaires au début de l’année scolaire. Les parents prennent rendez-vous avec moi, et on essaie de trouver des solutions. Généralement, je vois donc uniquement les élèves pour lesquels les choses ne se passent pas très bien, soit à la maison, soit au collège. Tout ce qui se dit dans le bureau est secret, mais l’assistant social ne travaille pas seul et peut faire le lien avec le reste de l’équipe (C.P.E., C.O.P., infirmière, etc.). 

Parole de… : Combien d’élèves du collège recevez-vous par semaine ?

Monsieur Bonelli : C’est très variable, on va dire de 5 à 10, parfois plus. Je ne suis là que deux jours et demi par semaine (le lundi et le jeudi, ainsi que le mercredi matin en semaine A). Le reste du temps, je suis au lycée Hénaff. Je reçois donc parfois de manière assez intense les élèves et les référents adultes qui s’occupent d’eux. Il y a aussi une partie importante de ma présence au collège consacrée aux réunions. Je peux également être amené à rencontrer des partenaires à l’extérieur du collège. Enfin, je fais aussi des visites à domicile (quand les élèves sont très absents par exemple). Les semaines sont donc souvent très chargées.

Parole de… : Avez-vous fait d’autres métiers auparavant ?

Monsieur Bonelli : Oui. J’ai toujours travaillé pour l’Education nationale, mais avant j’étais enseignant. J’ai été professeur d’anglais pendant une dizaine d’années. J’enseignais dans des établissements difficiles. C’est là que j’ai découvert que j’avais une fibre éducative et sociale. Je me suis également occupé de jeunes en situation de décrochage scolaire. Je me suis ensuite orienté vers le service social.

Parole de… : Comment se passe un entretien avec vous ?

Monsieur Bonelli : C’est assez variable. Parfois, ce sont les élèves qui sollicitent des rendez-vous avec l’assistant social pour parler. D’autres fois, on m’adresse les élèves (Chef d’établissement, C.P.E., C.O.P., etc.) pour faire un point. A d’autres moments, ce sont les parents qui me contactent directement. Après, il n’y a pas de règle. Toutefois, systématiquement, je rappelle le cadre. Par exemple, tout ce qui se dit dans le bureau est secret, sauf si c’est l’élève qui me demande d’en parler. L’entretien est toujours centré sur la personne que je cherche à connaitre, pour bien comprendre son problème. On discute après du plan d’action. J’essaie de proposer des pistes. Parfois, je suis obligé d’agir dans l’urgence.  

Parole de… : Quelles études faut-il faire pour devenir assistant social ?

Monsieur Bonelli : Ce métier est une profession réglementée, c’est-à-dire qu’il y a un diplôme officiel, qui s’appelle le diplôme d’Etat d’assistant de service social. Tous les assistants sociaux ont ce diplôme. Après le Bac, il faut passer un concours pour entrer dans une école. Il y a 3 ans d’études après le Bac. On peut être assistant social dans plein de services différents. Pour travailler à l’Education nationale, il faut passer un autre concours spécifique.

 

Je remercie Monsieur Bonelli d’avoir pris du temps pour répondre à mes questions.

 

Enzo REGGANE

 

© Enzo REGGANE

 

Le septième continent

Lors de la première session E.P.I. « L’Homme est-il maître de la nature ? », tous les élèves de 5e ont écrit des nouvelles en groupes, autour d’un thème : le septième continent. Chaque classe de 5e a ensuite sélectionné une nouvelle qui est entrée en compétition avec les autres nouvelles lauréates, pour élire la meilleure nouvelle de toutes les 5e. Le jury, composé d’adultes, mais également de quelques élèves du collège, a rendu son verdict.

 

Voici les résultats de ce concours :

1er prix : 5eA

2e prix : 5eB, C et D (ex-æquo)

 

3e prix : 5eE

 

© www.septiemecontinent.com

 

Voici la nouvelle lauréate du concours organisé

par les professeurs de Lettres.

Nouvelle des 5eA.

 

Hier soir, la célèbre scientifique Nadia Bouhamama est morte lors d’une tempête qui a eu lieu aux alentours de 21 heures, tout près du 7ème continent.

La police scientifique nous a informés qu’elle a retrouvé le journal de bord de Madame Bouhamama dans le bateau. Voici quelques extraits de son journal qu’elle a rédigé jusqu’avant sa mort.

 

13 décembre

Je suis enfin arrivée au septième continent. J’ai observé les lieux et cela est vraiment grave. C’est clair, j’aurai beaucoup de travail. Les sacs plastique ont créé des plateformes épaisses qui ressemblent à des îles. L’odeur est très désagréable, c’est pas beau à voir.

 

14 décembre

Aujourd’hui, j’ai enfin testé mon liquide antiplastique sur de l’eau prélevée dans la zone polluée, et ça marche.

Ce soir je verserai mon liquide.

Bon à demain, car une petite tempête se prépare, mais je ne pense pas que cela sera grave.

 

15 décembre

La tempête est plus longue que prévue, avec des turbulences. Des tourbillons commencent à se former aux alentours. Je me demande si ce n’est pas un cyclone qui va arriver.

C’est sûr; je ne vais pas réussir à faire mon travail pour aujourd’hui.

 

16 décembre

La tempête commence à être violente. Je pense qu’il est temps de donner la recette de mon sérum pour le bien de l’humanité car cela n’est écrit nulle part.

Alors, il faut de l

 

Son journal s’arrête brusquement là.

Cette mort est une tragédie. Nous n’avons pas pu avoir la recette du sérum mais le FBI va procéder à des fouilles de son laboratoire aux Etats-Unis.

 

 

Nouvelle lauréate des 5B

 

Leyana

 

Nous sommes en 5853 et moi, Leyana, j'ai grandi ici sur le Septième Continent. En fait, ce n'en est pas vraiment un, c'est plutôt une île Poubelle qui s'est propagée sur la Terre. Ici, les enfants n'ont le droit d'exprimer aucun sentiment, excepté la peur et la colère. Moi, je ne suis plus une enfant. Aujourd'hui, je fête mes vingt ans, enfin si je puis dire, car aujourd'hui et ce depuis plusieurs décennies, il est interdit de célébrer ce genre d'événement. Aujourd'hui, les enfants sont plutôt entraînés à combattre et à tuer. Comme j'étais la meilleure, j'ai été choisie à de nombreuses reprises pour des missions. Mais aujourd'hui, il s'agit d'une autre conquête, il faut que le Monde change. Je me suis munie de mon arc et de mes longs cheveux roux, pour partir en guerre, pour tuer Le Dominant. Le Dominant est un escroc insensible et irrespectueux à l'égard de notre planète, la Terre. Son père, un homme d'affaires sans scrupule, était déjà connu pour avoir saccagé une bonne partie de notre planète. Depuis 2017, la dynastie dont ces monstres sont issus, se perpétue sans que personne n'ait pu jamais les arrêter. Nous revoilà en 5853. J'étais en route pour l'ultime combat, quand un loup se jeta sur moi avec l'intention de me défigurer. Il était proche de mon visage. Derrière lui, se tenait Le Dominant. J'attrapai le loup féroce avec mes jambes, sautai dans les airs et lui tirai une flèche dans le crâne ; je venais de lui ôter la vie. A ce moment-là, je le savais : ma mission ne serait pas de tout repos. Il m'en faudrait, du temps, pour que cette Terre retrouve forme humaine. Pour cela, il fallait me débarrasser une fois pour toutes de ses parasites.

 

Nouvelle lauréate des 5C

 

 7e continent  

 

Le 21 avril 2019, j'étais sur un bateau avec Sarah, mon épouse, une magnifique femme aux yeux verts et aux cheveux longs et châtains. Nous nous rencontrâmes dans un magasin de chaussures. Elle s'était approchée de moi et m'avait demandé l'heure. Au premier regard, ce fut le coup de foudre. Nous prîmes contact et fîmes connaissance. Nous étions si heureux ensemble qu'on décida très vite de se marier. Comme je vous le disais, nous étions sur un bateau et nous célébrions nos sept ans de mariage. Au dîner, nous mangions du caviar et buvions du Champagne. Tout allait bien jusqu'à ce que je jette la bouteille vide à la mer. Instantanément, notre embarcation percuta un rocher, chavira et coula. Depuis ce jour-là, je n'ai plus jamais revu ma femme ! Je vais vous raconter ce qui m'arriva. Je tombai à l'eau et, bizarrement, un tourbillon m'aspira. J'atterris dans un endroit inconnu qui ne sentait pas la rose ! C'était une sorte d'île immense, recouverte de déchets. Elle était si grande : on aurait dit qu'elle faisait six fois la France ! Il ne semblait y avoir aucune issue. Pendant plusieurs jours, j'essayais de survivre en me nourrissant de restes de nourriture ; cela me dégoûtait et peu de temps après, je tombai malade. Je ne me sentais pas bien, aucun remède, nulle part. Un jour, j'aperçus une bouteille qui flottait. A l'intérieur, je découvris un message qui disait : " Libère-toi, libère la Terre ! ". Dans ma tête, des milliers de questions se mêlaient. Tout à coup, une idée surgit. Je pensais qu'il fallait transformer l'île pour en sortir, mais cela me semblait impossible. Il se passa alors un événement incroyable : à la seconde où je touchai un détritus, il disparut comme par magie. Vous imaginez bien ce que je fis : faire disparaître chaque déchet me prit trois ans. De jour en jour, je voyais le résultat : l'île devenait de plus en plus clairsemée. Lorsque le dernier déchet se volatilisa, un tourbillon multicolore apparut dans le ciel. Je sentis mon corps décoller du sol. Je sais que vous ne me croirez pas mais je volais. Le tourbillon me ramena chez moi. Devant ma porte, une bouteille vide me rappela mon histoire. Je la pris et cette fois-là, la jetai à la poubelle. Je suis Robin Dema et j'ai sauvé le 7e continent.

 

 

Nouvelle des 5eD

                                                                              

Les pélicans migrateurs

 

Quand la fin de l’été fut venue, le groupe de pélicans de pêche le plus connu d’Europe se prépara à migrer. Tous les pélicans décidèrent d’entamer leur migration vers l’Afrique. Dès l’aube, ils décollèrent en formant un V, comme tous les oiseaux migrateurs. On vit alors une horde de pélicans s’abattre sur le ciel parisien. Les pélicans arrivèrent au-dessus de la mer Méditerranée, le deuxième jour du voyage. Ils remarquèrent au loin des déchets qui flottaient sur l’eau. Curieux, ils décidèrent d’aller voir ce qui s’y passait. Arrivés là-bas, les pélicans découvrirent une épaisse couche de déchets. Comme ils avaient faim, ils se mirent à pêcher le poisson, pensant que la couche de déchets n’était qu’à la surface de l’eau. Tous les pélicans piquèrent du nez pour attraper un poisson, sauf un, le chef, qui surveillait les autres. Voyant que trois des pélicans n’étaient pas remontés, il décida d’aller voir et piqua du nez à son tour. Il fut terrifié de découvrir ses trois compagnons de voyage en train de s’étouffer avec des sacs plastique. Il décida d’aller chercher de l’aide chez un pêcheur du coin qu’il connaissait. A force de passer en volant au-dessus de lui, ils arrivèrent à communiquer. Le pêcheur arriva avec son bateau et ramassa les trois pélicans. Il sortit le plastique de chacun des oiseaux avec une grosse pince. Peu après, les trois pélicans rétablis remercièrent le vieux pêcheur et reprirent leur route pour l’Afrique. Ce qui est sûr, c’est que jamais ils ne retourneront sur ce continent de plastique… 

 

 

Nouvelle des 5eE

 

Le septième continent

 

C’est l’histoire d’un capitaine nommé Owen Anderson et de son chien Ruby. Ils naviguaient au large des côtes d’Hawaii. Un soir, pendant que l’équipage dînait, la brume se leva doucement, un maelström se formait derrière le brouillard. Hélas, les matelots ne le virent pas. Le navire fut aspiré dans le tourbillon, mais Owen, qui était hypocrite et égoïste, s’enfuit avec son chien dans une chaloupe. Pendant la tempête, il se cogna contra la barque et s’évanouit. Il se réveilla sur la barque au lever du jour, entouré de milliers de déchets. Il pouvait voir des tortues mortes, des cadavres de poissons. Il y avait des déchets à perte de vue. La barque se mit à tanguer, des requins tournaient et fendaient l’eau de leurs ailerons terrifiants, Ruby prit peur et grogna. Des créatures tentaculaires aux crocs aiguisés surgirent et dévorèrent les requins. Owen rama aussi vite qu’il pouvait en direction d’un rocher qui dépassait à la surface. Il s’assit sur la pierre colonisée par les moules et se mit à sangloter doucement, puis son chien le réconforta. Owen retrouva confiance en lui. Il commença à avoir faim. Il trouva un bâton, une ficelle, une aiguille et construisit une canne à pêche. Il prit un poisson mort, le découpa, pêcha avec un bout de poisson et donna le reste à Ruby. Échouée contre un récif, il y avait une épave de bateau de pêche, il rama jusqu’à elle et y trouva des fusées de détresse avec un pistolet éclairant, du bois sec et des allumettes dans un coffre. Il alla sur le pont du navire et alluma un feu et fit cuire le poisson qu’il avait pêché. Pendant ce temps, en voyant cette pollution et ces animaux morts, il se demanda comment les humains avaient pu autant polluer. Il mangea le poisson cuit et sombra dans son sommeil. Quand il se réveilla, il entendit un bruit d’hydravion, il se dépêcha de prendre son pistolet et tira une fusée de détresse. Le pilote l’aperçut, se posa sur la mer et laissa monter Owen et Ruby à bord. Ils rentrèrent chez eux et Owen se promit de ne plus jamais polluer de toute sa vie.

 

Tokyo Ghoul

Tokyo Ghoul est un manga de type seinen (manga spécial pour les jeunes hommes de 15 à 30 ans). Très connu de ceux qui sont fans de mangas, il est apprécié de tous. C’est un manga gore et sombre : âmes sensibles s’abstenir.

 

Son auteur est le Japonais Sui Ishida. C’est un mangaka très connu pour ses œuvres, telles que Tokyo Ghoul justement. Ce manga est original et passionnant. Il mérite d’être connu et plus encore.

 

L’histoire commence dans la ville de Tokyo au Japon, où l’on fait la connaissance d’un jeune garçon nommé Ken Kaneki. Celui-ci vivait paisiblement, jusqu’au jour où il rencontre une jeune fille nommée Lize Kamishiro qui a tout pour lui plaire : elle aime la lecture comme lui, les romans, etc. Ils se retrouvent par hasard dans un café et font connaissance. A la fin du repas, Lize demande à Ken de la raccompagner chez elle à cause des incidents avec des goules qui ont eu lieu. Elle en a très peur. Ken, sans hésiter, accepte.

Ils arrivent dans une ruelle sombre. Des ailes sortent du dos de Lize (plus tard, dans le manga, on apprend qu’on appelle cela un « kagune »). Elle dit à Ken : « Je veux te manger ! ». Elle se jette sur lui et dévore son épaule. Hurlements de douleur. Par accident, des silos à grains tombent sur Ken et Lize. Ils sont alors tous deux envoyés à l’hôpital. Les médecins greffent des organes de goule à Ken, provenant de Lize. Celle-ci fait alors désormais partie intégrante de Ken. Ken devient, lui, une « demi-goule ». La suite, je vous laisse la découvrir…

 

Goule : une goule est une créature à la forme humanoïde, se nourrissant de chair humaine et de café. Si elles mangent quoi que ce soit d’autre, elles vomissent. Bien que le mot soit féminin, il existe des goules masculines. Il existe plusieurs kagunes (capacités) pour chaque goule.

 

J’ai vraiment pris du plaisir à regarder cet anime (oui, on peut le lire en manga ou le regarder en anime). C’est une histoire bouleversante, avec plein de retournements de situation. C’est très original, c’est ça qui le rend si différent des autres mangas.

 

Riad RABIA

 

 

© www.manga-sanctuary.com 

 

Le studio Ghibli

Créé le 15 juin 1985 par Hayao Miyazaki et Isao Takahata, le studio Ghibli est un studio qui se concentre principalement sur les longs métrages d’animations, dans un pays (le Japon) où les anime (mot invariable) et les OAV sont favorisés.

Les premières années, Miyazaki et Takahata étaient les seuls à créer les films, mais, petit à petit, ils laissent leur chance à des auteurs plus jeunes, tels que Tomomi Mochizuki et Yoshifumi Kondo. De 1985 à aujourd’hui, de nombreux films ont fait leur apparition.

 

Ce que j’en pense : Les films du studio Ghibli sont intéressants et touchants. Ils peuvent plaire aux petits comme aux grands. Je vous recommande fortement de les regarder. Voici mes deux préférés : 

 

Princesse Mononoké (1997)

 

 

L’histoire se déroule dans le japon médiéval (ére Muromachi). Ashitaka, le prince de la tribu des Emishis, est frappé d’une malédiction après avoir tué Nago, un dieu sanglier devenu démon : son bras est animé d’une force surnaturelle, mais est rongé par l’entité démoniaque. La chamane du village le dit condamné à mourir et lui conseille de quitter le village afin d’aller chercher à l’Ouest la cause de la colère de la nature, et l’espoir de trouver la raison de sa malédiction.

 

Arrietty, le petit monde des chapardeurs (2010)

 

 

Les chapardeurs sont des personnes hautes d’une quinzaine de centimètres qui vivent, comme leur nom l’indique, en chapardant, mais seulement le strict nécessaire. L’histoire parle d’une jeune chapardeuse, Arrietty, qui vit un quotidien paisible avec sa famille. Tout va basculer quand elle va faire la connaissance de Shô, un jeune garçon malade.

 

Léa CARININI

 

© www.babelio.com

© www.cultura.com

© www.dpstream.net

 

La quête d’Ewilan de Pierre Bottero

Cet ouvrage vous est conseillé par le « Club romans ».

 

Résumé :

Ce livre nous raconte l’histoire de Camille, une jeune adolescente surdouée, et de son meilleur ami Salim. Camille vit dans une famille adoptive sévère qu’elle déteste. Un jour, sa vie bascule. Elle se retrouve plongée dans un monde médiéval rempli de créatures fantastiques et de magie nommé Gwendalavir. Tout dans ce monde n’est pas parfait, car la guerre sévit. Les Ts’liches, créatures reptiliennes très intelligentes, ont imposé un verrou aux maîtres Dessinateurs d’Al-Jeit. Les Dessinateurs sont des personnes pouvant créer n’importe quoi grâce à leur imagination. Camille, de son vrai nom Ewilan, est la seule Dessinatrice capable de briser ce verrou. Avec l’aide d’Edwin, un guerrier extrêmement doué, d’Ellana, une marchombre pleine de talent, de Duom, un vieux Dessinateur grincheux, de Maniel, un garde au service de l’Empereur, de Bjorn, un mercenaire errant et de Salim, son ami d’enfance, elle devra sauver le monde de la menace Ts’liche.

 

Auteur :

Pierre Bottero est un auteur d’heroic fantasy. Il a écrit La Quête d’Ewilan, Les Mondes d’Ewilan, Ellana, L’Autre et Les Âmes Croisées. Les romans cités ci-dessus sont des trilogies, des sagas de trois tomes. Malheureusement, Pierre Bottero est mort en 2009 à cause d’un accident de moto, avant de pouvoir terminer la saga Les Âmes Croisées.

 

Mon avis :

Cette saga est géniale. Le style de l’auteur est envoûtant, fluide. Il réussit à nous faire s’approprier son univers. Les personnages sont originaux et attachants. L’histoire nous tient en haleine. A mon avis, cette saga mérite bien plus de succès qu’elle n’en a eu. Ces livres sont disponibles au C.D.I. du collège, alors, foncez !

 

Juliette PIRON

 

© booknode.comw

 

 

Les jeux vidéo et consoles les plus attendus en 2017

Cette année 2017 s’annonce riche en jeux vidéo. Plusieurs licences font leur grand retour, de nouvelles apparaissent, mais toutes nous donnent envie.

 

LES PLUS IMPRESSIONNANTS ET INNOVANTS

 

Horizon Zero Dawn

 

Vous incarnez Aloy, une chasseuse et archère, dans un monde post-apocalyptique où la société humaine s’est effrondrée et où le monde est gouverné par des créatures robotiques. Ce jeu est sorti le 1er mars 2017 sur PS4. Pour rappel, ce jeu est déconseillé au moins de 16 ans. Si vous souhaitez suivre un let’s play de ce jeu, je vous conseille celui de Deolynk et de Siphano, des youtubers gamings.

 

The Legend of Zelda : Breath of the Wild

Dans ce jeu, vous incarnez un Link amnésique dans un Hyrule dévasté et où la nature a repris ses droits. C’est un monde ouvert où vous pouvez cuisiner, dompter des chevaux sauvages, vous infiltrer, combattre avec différentes armes et plein d’autres choses ! Votre mission est de sauver votre patrie de Ganon, le fléau, avec la princesse Zelda. Ce jeu est sorti sur Nintendo Switch et Wii U le 3 mars.

 

Un avis de joueur : C’est un super jeu, très réaliste. L’histoire est très prenante et les graphismes rappellent ceux des dessins animés. On se sent très libre. C’est un jeu très intéressant, que je conseille à tout le monde. 

  

LES SUITES

 

Mass Effect Andromeda

Cet action-RPG à la troisième personne se passe 600 ans après le troisième opus de la saga Mass Effect, dans une autre galaxie, nommée Andromède. Vous y incarnez au choix Sarah ou Scott Ryder, un/une explorateur/exploratrice chargé(e) de trouver une nouvelle terre d’accueil pour l’humanité. Vous pouvez y collecter des ressources, construire des colonies, améliorer votre vaisseau, explorer des systèmes gigantesques, et, évidemment, faire des choix moraux qui vous feront avancer dans l’histoire. Ce jeu est sorti le 23 mars sur PS4, Xbox One et Windows. Le Bazar du Grenier a sorti une vidéo avis sur ce jeu, voici le lien : https://youtu.be/jAV3muDqqYA 

 

Gravity Rush 2

 

Ce jeu, sorti en janvier 2017, est un jeu d’action-aventure qui fait suite au premier Gravity Rush. Vous y incarnez Kat, une jeune fille capable de maîtriser la gravité. L’histoire reprend là où le premier opus de la saga s’est arrêté. Vous pouvez contrôler la gravité selon trois modes bien distincts : le style lunaire (plus léger et plus rapide), le style Jupiter (plus lourd et plus fort) et le mode de gravité normal.

 

Fire Emblem Echoes : Shadow of Valentia

Ce nouvel opus de la saga Fire Emblem est sorti le 19 mai 2017. Vous y incarnez Alm et Celica, l’héritière d’un royaume et un chevalier dont le destin est mêlé à celui des dieux Duma et Mila, frère et soeur qui, depuis des décennies, se combattent. C’est un tactical RPG, comme les autres Fire Emblem, sauf qu’en plus, vous pouvez explorer des donjons et des villes. Vous suivez tour à tour les deux héros dans des combats épiques. Il est disponibe sur Nintendo 3DS.

 

LES CONSOLES

 

La Nintendo Switch

 

Cette console toute nouvelle de Nintendo – elle est sortie le 3 mars – est une console des plus innovantes et des plus impressionantes. En effet, elle est à la fois une console de salon (ex.: PS4, Xbox One, etc.) et une console portable (comme la Nintendo 3DS). Vous pouvez aussi la mettre en mode tablette. De nombreux jeux Nintendo exclusifs vont sortir dessus. 

 

Juliette PIRON

 

© imgmr.com

© www.nintendo.fr

© www.xboxygen.com

© cooldown.fr

© amiiboking.com

© www.silicon.fr

 

 

La crêpe dans tous ses états

Grandes gourmandes, Tiphen et Ragavi partagent avec nous leurs meilleures recettes pour préparer des crêpes.

 

Les pancakes

 

Temps de préparation : 10 minutes.

Temps de cuisson : 4 minutes.

 

Ingrédients (pour 4 personnes) : 250 g de farine / 30 g de sucre semoule / 2 œufs / 1 sachet de levure traditionnelle / 65 g de beurre doux / 1 pincée de sel / 30 cl de lait.

 

Préparation de la recette :

Faire fondre le beurre dans une casserole à feu doux ou dans un bol au micro-ondes. Mettre la farine, la levure et le sucre dans un saladier. Mélanger et creuser un puits. Ajouter ensuite les œufs entiers et fouetter l’ensemble. Incorporer le beurre fondu, fouetter puis délayer progressivement le mélange avec le lait afin d’éviter les grumeaux. Laisser reposer la pâte au minimum 1 heure au réfrigérateur. Dans une poêle chaude et légèrement huilée, faire cuire comme des crêpes, mais en les faisant plus petites. Réserver au chaud et déguster. 

 

Remarque :

 

Les pancakes sont traditionnellement accompagnés par du sirop d’érable et une noix de beurre, mais rien n’empêche de les dévorer au sucre, au jus de citron ou au Nutella ! 

 

Les crêpes traditionnelles

 

Temps de préparation : 10 minutes.

Temps de cuisson : 25 minutes.

 

Ingrédients (pour 12 crêpes) : 250 g de farine de froment / 70 g de sucre roux / 2 œufs / 1 cuillère à soupe d’huile / 1 pincée de sel / 1/2 litre de lait / Variantes possibles avec un peu de rhum et un peu de sucre vanillé.

 

Préparation de la recette :

Mélanger tous les ingrédients pour faire une pâte à crêpe. Laisser reposer la pâte au moins une demi-heure. Utiliser une crêpière.

 

Les crêpes « Suzette »

 

Temps de préparation : 10 minutes.

Temps de cuisson : 2 minutes.

 

Ingrédients (pour 4 personnes) : 100 g de fleur de maïs Maïzena / 100 g de farine / 4 œufs / 50 cl de lait / 2 sachets de sucre vanillé.

 

Préparation de la recette :

Délayez la fleur de maïs Maïzena et la farine dans le lait froid. Battez les œufs en omelette puis ajoutez-les à la préparation. Incorporez le sucre vanillé. Laissez reposer la pâte au moins 30 minutes à température ambiante. Munissez-vous d’une poêle antiadhésive. Beurrez-la. Versez-y une louche de pâte et répartissez-la dans la poêle de façon à ce qu’elle soit de la même épaisseur partout. Faites cuire sur feu vif puis, lorsque la crêpe a pris, retournez-la avec une spatule en bois. Laissez dorer l’autre côté. Garnissez et dégustez bien chaud. Faites de même avec le reste de la pâte. 

 

 

Nous avons choisi ces crêpes particulièrement car nous les trouvons meilleures que les autres. Ce sont les crêpes que l’on mange habituellement, c’est pour cela qu’elles sont bonnes ! Maintenant à vos fourneaux !

 

 

Tiphen GUIRIO et Ragavi RAMKUMAR

 

Source : www.marmiton.org

 

© www.cuisineactuelle.fr - www.crepehouse.fr - www.taste.com.au

 

 

Horoscope 2017 : signes astrologiques chinois

Vous déterminez votre signe astrologique chinois en fonction de votre année de naissance. Cet horoscope est purement subjectif, il ne décrit en aucune manière les vraies personnalités de chacun !

 

Horoscope réalisé par Noémie PIRON

 

© www.gulli.fr

 

 

Chien (1958 – 1970 – 1982 – 1994 – 2006) : Symbole de la franchise, le Chien dit ce qu’il pense, mais souvent, ses paroles sont mal interprétées. La plupart du temps, lorsqu’il tente de se racheter, il s’enfonce encore plus dans les problèmes.

 

 

 

Porc (1959 – 1971 – 1983 – 1995 – 2007) : Symbole de la générosité, le Porc est un bon-vivant, mais il manque de finesse. Il est presque toujours de bonne humeur et est très festif.

 

 

Rat (1960 – 1972 – 1984 – 1996 – 2008) : Symbole de l’ambition, le Rat travaille dur pour accomplir ses rêves et ses projets. Il est très ordonné et n’aime pas le désordre. Le Rat préfère rester chez lui plutôt que de sortir.

 

 

Bœuf (1961 – 1973 – 1985 – 1997 – 2009) : Symbole de la décision, le Bœuf va droit au but sans jamais s’arrêter. Et s’il est en difficulté, ses amis seront toujours là pour le soutenir. Mais, parfois, il faut savoir profiter de la vie et ne pas foncer dans le tas.

 

 

Tigre (1962 – 1974 – 1986 – 1998 – 2010) : Symbole de l’audace, le Tigre se met dans des situations improbables et souvent dangereuses. Mais, la plupart du temps, il s’en sort sans trop de problèmes.

 

 

Lapin (1963 – 1975 – 1987 – 1999 – 2011) : Symbole de la sérénité, le Lapin est calme et travailleur. Il n’hésite pas à venir en aide aux plus démunis, au risque de s’attirer des problèmes.

 

 

Dragon (1964 – 1976 – 1988 – 2000 – 2012) : Symbole de la vérité, le Dragon est franc et n’aime pas mentir. Mais sa franchise est souvent injustement critiquée par ses amis à cause de certains avis qui devraient être gardés pour soi.

 

 

Serpent (1965 – 1977 – 1989 – 2001 – 2013) : Symbole de la ruse, le Serpent n’hésite pas à se servir de ses dons pour ses propres intérêts. Plutôt solitaire, ses quelques amis lui sont pourtant d’une fidélité sans faille.

 

 

Cheval (1966 – 1978 – 1990 – 2002 – 2014) : Symbole de la passion, le Cheval est indépendant et préfère tracer sa route. Il faut souvent insister pour qu’il obéisse mais lorsqu’il le fait, il suit l’ordre sans discuter.

 

 

Chèvre (1967 – 1979 – 1991 – 2003 – 2015) : Symbole de la bonté, la Chèvre est plutôt naïve et franche. Certaines personnes profitent et abusent de cette bonté, c’est pourquoi la Chèvre doit apprendre à dire « non ».

 

 

Singe (1968 – 1980 – 1992 – 2004 – 2016) : Symbole de l’ingéniosité, le Singe a beaucoup d’imagination. Il aime bien tout travail se ramenant à la création, ce qui lui permet de développer son imagination.

 

 

Coq (1969 – 1981 – 1993 – 2005 – 2017) : Symbole de la fermeté, le Coq est plutôt sec mais sous son masque se cache une personnalité altruiste et rieuse. Il se réveille tôt le matin et préfère réveiller les autres plutôt qu’essayer de se rendormir.

Blagues du monde entier

Turquie

 

Temel va chez son ami Dursun, qui habite au quinzième étage. Lorsqu’il frappe à la porte de Dursun, il est tout essoufflé et rouge comme une tomate.

Dursun : - Qu’est-ce qu’il t’arrive ?

Temel : - Je suis un peu fatigué. J’ai dû monter les escaliers.

Dursun : - L’ascenseur ne marchait pas ?

Temel : - Si, mais quand je suis entré dans l’ascenseur, j’ai vu un panneau qui indiquait : « Six personnes maximum ». J’ai attendu longtemps, mais comme je n’ai pas vu cinq autres personnes, je suis sorti et j’ai pris les escaliers.

 

Mexique

 

Pepito a grimpé à un arbre pour voler des pommes.

Le propriétaire du pommier arrive et le menace :

- Attends un peu que j’en parle à ton Papa !

Alors Pepito lève la tête et dit :

- Papa, il y a un monsieur qui veut te parler.

 

Blagues sélectionnées par Najia ARAOUD

 

N.B.: Blagues extraites de l’ouvrage Blagues et devinettes du monde entier, Sophie de Mullenheim et Camille Loiselet, 2015.

 

© www.amazon.fr

 

Les combles

Quel est le comble pour un gratte-ciel ?

Réponse : c’est d’être dans les nuages.

Quel est le comble pour une clé ?

Réponse : d’être mise à la porte.

Quel est le comble pour un magicien ?

Réponse : de laisser sa baguette chez le boulanger.

Quel est le comble pour un juge ?

Réponse : c’est de manger un avocat.

Quel est le comble pour un pâtissier ?

Réponse : c’est de tomber dans les pommes.

Quel est le comble du comble ?

Réponse : qu’un muet annonce à un sourd qu’un aveugle les regarde.

 

 

Combles sélectionnés par Manthia DOUCOURE

 

© www.les-felins.com

 

6e prix d’affilée pour le journal du collège !

Pour la 6e année consécutive, « Parole de…» a été récompensé par l’AMOPA 93 lors du concours départemental des journaux scolaires. Le journal du collège se classe tout en haut du palmarès. La remise de prix s’est déroulée une nouvelle fois au Raincy. Elle a eu lieu le mercredi 31 mai 2017, dans l’après-midi. Des membres du « Club journal » ont reçu un diplôme d’honneur, ainsi qu’un chèque de 50 euros. 

 

La boutique solidaire

L’objectif de la boutique solidaire est de récolter des fonds pour financer des voyages et des sorties scolaires.

 

Ce projet a pris un an à se faire. Nous sommes allées le présenter à de nombreuses personnes, on s’est vraiment données à fond. Si ce projet a pu aboutir, c’est grâce à l’aide de Mme Blanc, Mme Chrétien et M. Parinaud. Les élèves qui ont participé au projet sont toutes en 4e.

Ce projet consiste à apporter de l’argent au collège, pour financer les sorties, les voyages, etc. Le but était également de montrer aux adultes que nous, les élèves, on peut aussi se débrouiller et aider le collège à gagner de l’argent. Et aussi, de ne plus entendre les élèves se plaindre : « on ne fait pas de sorties, pas de voyages ».

Nous avons demandé à tous les membres de la communauté éducative de faire des dons. Il y avait des dates pour déposer les dons dans le bureau des CPE. On acceptait tout, sauf les vêtements par souci d’hygiène.

La vente du premier trimestre, lors de la remise des bulletins, s’est très bien déroulée. Les parents et les adultes qui étaient à la semaine décloisonnée étaient ravis de voir les élèves s’investir comme ça. Au final, la boutique solidaire a récolté plus de 450 euros.

Nous referons une vente au 2e trimestre. Nous indiquerons aux élèves toutes les informations nécessaires avec des prospectus, qui seront aussi disponibles sur le webcollège.

 

 

 

Mélissa FATAHINE

 

 

Crédit photo : Mélissa Fatahine  

 

 

Le « Club romans »

Voici une présentation du « Club romans », qui se déroule au CDI, tous les vendredis, de 12h45 à 13h20, par les membres du club eux-mêmes.

 

Parole de… : D’où vous est venue l’idée de monter un club romans ?

Juliette : On a voulu faire partager notre passion des livres.

Noémie : Donner envie aux gens de lire.

 

Parole de … : Qui participe à ce club ? Qui l’anime ? Combien êtes-vous ?

Léa : Tout le monde peut venir.

Enzo : C’est Noémie et Juliette qui animent le club.  

Maïva : Pour l’instant, nous sommes 13.

 

Parole de… : A quoi ressemble une séance du club romans ?

Juliette : A chaque séance, un des membres du club présente un roman qu’il aime particulièrement, puis s’en suivent des discussions sur des sujets variés en rapport avec la littérature, les mangas par exemple, les BD, etc.

 

Parole de… : Pourquoi aimez-vous les romans ?

Vincent : Parce que à la fois c’est de la fiction et de l’action.

Juliette : Parce que cela fait vivre d’autres vies. Si je vivais sans lire, je ne vivrais qu’une seule vie, la mienne. En lisant des livres, j’ai vécu mille vies !

  

Parole de… : Que diriez-vous à quelqu’un qui hésite à venir à ce club ?

Cyrielle : Testez une fois le club et puis, si ça vous plaît, tant mieux. Si ça ne vous plaît pas, tant pis, mais essayez une fois, au moins.

Stefan : Quand on entend le mot « roman », ça ne donne pas envie mais c’est vraiment bien.

 

 

Propos recueillis par Manthia DOUCOURE et Natacha REN

 

 

Crédit photo : http://apprendre-le-cinema.fr

 

 

Les coups de cœur du « Club romans »

Juliette PIRON a choisi pour vous Widdershins (tome 1) - Le Pacte de la voleuse, de Ari Marmell : J’ai énormément apprécié cette lecture. L’histoire, les personnages, tout est parfait. La plume de l’auteur est entraînante et mystérieuse et l’on ressent les émotions des personnages comme si on était avec eux. Les révélations et le dénouement de l’histoire ne sont pas du tout prévisibles et sont vraiment étonnants. Je conseille ce livre à ceux qui aiment vraiment l’aventure, les combats et la magie. 

 

  

Noémie PIRON a choisi pour vous Zalim de Carina Rozenfeld : Ce livre est un énorme coup de cœur. Les descriptions sont très détaillées, permettant de se faire une idée précise de chaque élément du livre. Les personnages ont des caractères uniques et le suspense est à son comble. Les scènes de combat sont très bien racontées et le style de l’auteure est fluide, précis et énergique.

 

 

Crédits photos :

 

èWiddershins : www.amazon.fr

 

èZalim : http://labibliothequedeglow.fr

 

 

Le « Club échecs »

Animé par M. Champion et M. Jouan, le « Club échecs » a lieu tous les mardis, en salle 202 ou au CDI. Manthia et Natacha ont interrogé les organisateurs et les participants.

 

Parole de… : D’où vous est venue l’idée de monter un club échecs ?

M. Jouan : On s’est rendus compte que peu de personnes savaient jouer aux échecs. L’idée était de développer par le jeu des compétences utiles à l’école, comme la logique par exemple.

 

Parole de… : Qui participe à ce club ?

Riad : Les personnes intéressées viennent de toutes les classes du collège. Vous êtes tous les bienvenus.

 

Parole de… : Combien de personnes y participent ?

Marc : Pour le moment, il y a une vingtaine de personnes.

 

Parole de… : A quoi ressemble une séance du club échecs ?

M. Champion : En général, on fait des parties. Depuis le retour des vacances de Noël, nous organisons un championnat.

 

Parole de… : Qu’est-ce qui vous plaît dans les échecs ?

Vincent : Ce qu’on aime, c’est passer des moments avec des gens qui aiment les échecs et partager ce jeu.

Najia : Nous aimons les échecs car nous partageons des moments de plaisir avec des gens que nous ne connaissons pas.

 

Parole de… : Que diriez-vous à quelqu’un qui pense que les échecs c’est un « truc de vieux » ?

Riad : Les personnes qui pensent ça ne sont pas très intelligentes, car elles n’acceptent pas qu’on aime d’autres choses qu’elles. Il faut accepter le fait que les jeux calmes ne sont pas exclusivement réservés aux personnes âgées.

 

Parole de… : Que diriez-vous à quelqu’un qui hésiterait à venir à ce club ?

M. Champion : Tout le monde est capable de jouer. On rencontre d’autres personnes, c’est parfait.

 

 

Propos reccueillis par Manthia DOUCOURE et Natacha REN

 

   

 

Crédit photo : www.echecsetmaths.com

 

 

Solution du jeu : La Tour blanche en c1 avance en c8.

Echec et mat ! 

 

 

Le cross scolaire

Le  cross  scolaire est une compétition qui réunit, au parc Montreau à Montreuil, des élèves de plusieurs établissements de Montreuil et de Bagnolet. Il s’est déroulé le mercredi 19 octobre 2016.

 

 

Cette année, les élèves du collège Travail ont raflé trois médailles. Yousra, arrivée quatrième au classement général, mais première chez les filles, revient avec la médaille d’or. Thivya remporte le bronze chez les filles, comme Vincent, arrivé troisième chez les garçons.          

 

 

Vincent DAVY

  

 

Crédit photo : Disoloka Carlos  

 

 

L’A.S. Basket

Le 16 novembre dernier, l’équipe de basket du collège Travail-Langevin a fini première du tournoi du district en gagnant face à des équipes talentueuses.

 

 

Le tournoi rassemblait toutes les équipes de Bagnolet et de Montreuil. Le collège Travail présentait quatre équipes. Celle qui a terminé première, entraînée par M. Fau, était composée de Vincent, Kyllian, Wallem, Michel et Lazar, tous joueurs de basket expérimentés. Vincent est un joueur complet, bon dribbleur, bon défenseur, souvent shooter décisif : il marque pratiquement sur tous ses ballons. Kyllian est également un joueur très complet, capable aussi bien de défendre que de faire la différence par son shoot. Wallem est un atout majeur en défense. Quant à Michel, c'est un poison pour l’adversaire, car son 1,75m (environ) lui permet d’intercepter de nombreux ballons. Enfin, Lazar, par son shoot redoutable, renforce encore l’équipe.

Le 4 janvier 2017, cette même équipe, rejointe par Achille, excellent technicien, a terminé deuxième du tournoi du district. L’aventure continue donc, prochaine étape : le tournoi départemental dans quelques semaines.

 

 

Un fan de cette équipe talentueuse

 

 

Crédit photo : www.groupe-regional-de-psychanalyse.org

   

  

La sortie fouilles archéologiques à Châteaubleau

En début d’année, notre classe de latinistes est allée à Châteaubleau (dans le 77) pour découvrir le métier d’archéologue et pour s’initier à la fouille archéologique.

 

 

Quand nous sommes arrivés, l’archéologue Cyrille Chenaie nous a fait visiter le site de Châteaubleau. Dans l’Antiquité, cette commune était une agglomération assez importante, avec des sanctuaires et des quartiers d’artisanat. Nous avons aussi découvert les chantiers, c’est-à-dire là où les archéologues fouillent dans la terre pour trouver des objets enterrés depuis presque 2000 ans. Il nous a expliqué comment chercher dans la terre et nous avons enfilé des vêtements confortables pour la suite de la journée. Ensuite, nous nous sommes équipés pour faire des fouilles. Nous avions trois principaux outils : une truelle (pour fouiller), un seau (pour mettre la terre) et un sac plastique (pour mettre les objets trouvés). Nous avons trouvé des dents, des tuiles, des os, des morceaux de vaisselle, etc. L’après-midi, Cyrille nous a montré l’endroit où sont gardés et entreposés les objets trouvés. Dans cet endroit, ils ont monté un « petit musée » avec leurs plus belles découvertes, comme des vases, des assiettes ou encore des statuettes retrouvées dans les sanctuaires. Après la visite, nous sommes retournés sur le site et nous avons recommencé les fouilles. Une fois la journée terminée, nous avons fait le point sur nos découvertes et nous sommes rentrés à Bagnolet. Nous avons bien aimé cette sortie : c’est quelque chose à faire au moins une fois dans sa vie !

 

Akeyla AZOR et Lou BREZOT

 

 

Crédit photo : Isabelle Woydyllo 

 

 

Les jeunes et les réseaux sociaux

Snapchat : c’est une application qui permet de faire des selfies avec effets et des vidéos de quelques secondes où on raconte notre vie. On peut tout partager dans notre « story », avec nos amis à travers le monde.

 

Instagram : c’est une application, mais aussi un site Internet, qui permet de raconter notre vie comme dans snapchat, mais aussi de publier des photos et/ou des vidéos qui peuvent être likées et commentées. Ces photos et/ou vidéos peuvent être vues dans le monde entier par nos abonnés.

 

Facebook : Facebook, aussi appelé « face de bouc », est une application, mais aussi un site Internet, qui permet de publier nos photos sur notre compte, pour que nos amis et/ou notre famille puissent les voir. On peut aussi communiquer avec eux grâce à l’application Messenger, inventée par Facebook. Facebook a été fondée par Mark Zuckerberg, le 4 février 2004, avec des camarades étudiants de Harvard. Le site s’inspirait du trombinoscope remis en début d’année aux étudiants pour apprendre à mieux se connaître. Facebook est un réseau social : il permet aux internautes d’interagir et de partager de l’information et des contenus.

 

Twitter : Twitter est un service original qui se situe au croisement de plusieurs fonctions : réseau social, micro-blogging, recommandation et partage de liens, tchat, réseau professionnel.

 

Notre avis : on peut utiliser tous ces réseaux sociaux, à condition de ne pas passer toute notre vie dessus (même si cela nous relie entre nous).

 

 

Tiphen GUIRIO et Ragavi RAMKUMAR

 

 

Crédit photo : www.delphcoachsportif.com 

 

  

Et si la planète Terre s’arrêtait de tourner sur elle-même ?

La Terre, comme une toupie, tourne de moins en moins vite sur elle-même. Si ce phénomène de ralentissement s’amplifiait, voici les différents scénarios catastrophes auxquels nous serions exposés.

La première conséquence serait l’allongement des jours : une journée ne durerait alors plus 24 heures mais 28, puis 32 heures, puis… un an !, soit la durée que met la Terre pour faire le tour du Soleil. Et oui, car plus la Terre tournerait lentement, plus longues seraient les journées. Imaginez-vous cela : une journée ayant la longueur d’une année ! Six mois d’exposition ininterrompus au Soleil, un soleil de plomb, comme dans le désert, suivis de six mois de nuit totale, plus froide qu’au Groenland.  

  

La deuxième conséquence de cet arrêt de la rotation de la Terre sur elle-même serait la multiplication des séismes. Le noyau de la Terre serait fragilisé et cela créerait une faille qui provoquerait de nombreux tremblements de terre. Et ce n’est pas fini… Comme la faille partirait du noyau de la Terre, il ferait beaucoup plus chaud au Sud, l’air deviendrait irrespirable. Il faudrait donc aller vers les pays les plus au Nord.

 

Mais nous aurions encore à affronter un autre problème : le déplacement des océans. Sans la force centrifuge causée par le mouvement de la Terre, les eaux seraient irrésistiblement attirées par les endroits où la gravité serait la plus forte, entrainant des raz de marées, l’inondation des littoraux et la fuite des zones inondées par les habitants sinistrés. Les pays du Nord risqueraient donc d’être envahis par les eaux.

 

En résumé, les parties à éviter seraient les littoraux, la partie Nord de la Terre (risque de submersion) et la partie Sud de notre planète (air irrespirable). Heureusement, il s’agit pour le moment de pure fiction !

 

Yoni CAPELLE

 

 

Crédit photo : www.europe1.fr

 

  

Thomas Pesquet, un Français devenu astronaute

Ce n’est pas souvent qu’un Français a l’occasion de se rendre dans l’espace. Stéphan nous présente l’incroyable aventure de Thomas Pesquet, mis en orbite fin 2016.

 

Thomas Pesquet est un Français de l’Agence spatiale européenne, qui est né en février 1978 à Rouen. Avant d’être astronaute, il était ingénieur aéronautique et pilote de ligne. Il a décollé le 17 novembre 2016 de la base de Baïkonour (Kazakhstan) avec deux autres astronautes : le Russe Oleg Novitski et l’Américaine Peggy Whitson. Après 48 heures, confinés au sein de la capsule Soyouz, ils ont rejoint, dans la nuit du 19 au 20 novembre 2016, la Station spatiale internationale (SSI). Thomas Pesquet s’entraîne pour cette mission depuis plusieurs années. C’est seulement le dixième Français à partir dans l’espace. Sa mission, baptisée « Proxima », va durer six mois, avec comme objectif de faire avancer la science. Cette mission a pour but de réaliser des expériences sur le corps en apesanteur. Thomas Pesquet a plus d’une centaine d’expériences à réaliser. Les astronautes seront de retour en mai 2017… si tout va bien.

 

 

Stéphan ARENT

 

 

Crédit photo : https://en.wikipedia.org 

 

 

Le street art

Grand fan de « street art » Hoany a réalisé un dossier photos. Tous les clichés ont été pris à Bagnolet. Vous reconnaîtrez probablement certains endroits.

 

 

Petit lexique pour y voir plus clair :

Street art : le street art est un art strictement visuel, développé dans les espaces publics (le plus souvent dans la rue). Le terme fait référence habituellement à l'art non-autorisé (ex. : le graffiti).

Graffiti : il s’agit d’une inscription ou d’une peinture réalisée sur des murs, des monuments ou des objets situés sur l’espace public.

Tag : graffiti tracé ou peint, caractérisé par un graphisme proche de l’écriture et constituant un signe de reconnaissance.

 

 

Hoany DAIJARDIN

 

  

Crédits pour toutes les photos : Hoany Daijardin

 

 

 

La lecture

 

Combien de personnes lisent en France ?

64 % des Français lisent moins de 5 livres par an, c’est-à-dire deux Français sur trois. Par contre, seulement 9 % des personnes lisent un livre par mois, soit une douzaine dans l’année.

 

Combien de personnes ne lisent pas du tout en France ?

Environ 30 % des Français ne lisent pas du tout de livre !

 

Pourquoi lire ?

La réponse est claire pour la moitié des Français (50%) : il s’agit de « se détendre ». Pour l’autre moitié des Français (49%), il s’agit d’apprentissage, « pour le côté instructif et culturel de la lecture ». Les lecteurs ne sont que 14 % à lire « pour rire ».

 

A quoi sert la lecture ?

Déjà, cela sert à enrichir notre vocabulaire, à nous évader de notre monde : si tu es triste, en colère, ou alors tout simplement que tu t’ennuies, tu peux t’aventurer dans un autre monde grâce à la lecture.

 

Mon avis personnel :

Je pense qu’il faudrait que vous lisiez plus. La lecture nous permet d’apprendre de nouveaux mots, tandis que les textos nous font faire de plus en plus de fautes d’orthographe.

 

 

Cyrielle LECOEUR-LINDIN

 

 

 

Crédit photo : www.ville-bagnolet.fr 

 

 

Le salon du livre, tout un monde

Le salon du livre 2017 se tiendra du 24 au 27 mars à la Porte de Versailles, à Paris.

 

Le salon du livre, maintenant rebaptisé "Livre Paris", est le paradis des amateurs et amatrices de littérature. C’est notamment l’occasion de faire dédicacer vos livres par vos auteurs préférés. Du 24 au 27 mars 2017, rendez-vous à "Livre Paris", pour une 37e édition festive et pleine de surprises ! En parcourant les allées, vous pourrez feuilleter une BD, parcourir un livre de cuisine, vous plonger dans un roman, assister à de nombreux débats animés par des médias et même participer à des défilés mangas ! « Livre Paris » renouvelle chaque année ses thèmes et invités : ce printemps, le pays à l’honneur sera le Maroc et c’est une grande première.

Lors de ces dernières éditions, le salon a connu une baisse de fréquentation, à l'image des autres salons et événements culturels. La prochaine convention aura lieu à la Porte de Versailles et durera 4 jours. Au programme de cette 37e édition : 1 200 éditeurs présents, 4 700 séances de dédicaces, 50 pays représentés. De quoi motiver les 200 000 visiteurs attendus !

 

Sarah ARAB

 

Crédit photo : www.idboox.com 

 

Another

Another est un shonen manga (manga pour les 15-30 ans). Il est très gore, encore plus que d’autres mangas gores.

 

« Another » veut dire « un(e) autre » en anglais. Vous comprendrez pourquoi quand vous aurez lu le résumé. Tout commence à la campagne, où un jeune garçon nommé Koïchi Sakakibara déménage de Tokyo pour une petite ville tranquille, car son père est en voyage d'affaires, et que sa mère est morte lorsqu’il est venu au monde. Il s’installe chez ses grands-parents. On le voit pour la première fois à l'hôpital, où il se fait hospitaliser (on ne sait pas pourquoi…). La directrice de l’école (Izumi Akazawa) et des camarades délégués (Yukari Sakuragi et Tomohiko Kazami) viennent lui rendre visite et lui souhaiter une bonne rentrée en avance, étant donné la reprise imminente des cours. Une semaine plus tard, il arrive au collège et remarque un bureau avec une fille qui a l'air d'être exclue. Tout cela l'intrigue... Ainsi, à la pause de midi, il va lui demander pourquoi elle est seule. Elle lui répond en lui disant : « Il vaudrait mieux que tu ne m'approches pas... » d'un ton sinistre. Je vous laisse découvrir la suite !

 

 

Riad RABIA

 

 

Crédit photo : piloustation.blogspot.fr 

 

 

Les 4 conseils pour pouvoir créer un manga

1. Il faut que vous sachiez de quel type sera votre manga :

-> Shonen : shonen manga signifie « manga pour adolescent ».

-> Shojo : shojo manga signifie « manga pour jeune fille ».

-> Seinen : seinen manga signifie « manga pour jeune homme ».

-> Kodomo : kodomo manga signifie « manga pour enfant ».

-> Josei : josei manga signifie « manga pour jeune femme ».

 

2. Il faut trouver un bon dessinateur. Des dessins de qualité sont indispensables à votre manga. En effet, ce dernier sera jugé pour ses qualités graphiques et son originalité. Prenons l’exemple de One Piece, le manga le plus connu de l'histoire du manga. Il a marqué la vie des fans de manga par son originalité et sa qualité.

 

3. Avoir une histoire originale, plaisante à lire ou à regarder.

 

4. Et enfin, chercher un éditeur pouvant mettre en avant votre manga.

 

 

Riad RABIA

 

 

Crédit photo : mangalerie.fr

  

 

Les Beatles

Les Beatles, tel est le nom du célèbre groupe britannique originaire de Liverpool.

Il est composé de John Lennon (qui, après la séparation du groupe, composa la célèbre chanson « Imagine »), Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr. En 8 ans de carrière dans la chanson, ils ont sorti au total 12 albums originaux et plus de 200 chansons, comme « Lucy in the sky » ou « Let it be ». Les chansons des Beatles ont beaucoup influencé les artistes des générations suivantes. Ils sont les artistes ayant vendu le plus de disques au monde.

En 1963, le groupe devient populaire au Royaume-Uni, mais c’est uniquement après la sortie de « She loves you » qu’il se fait connaître dans toute l’Europe. La « Beatlesmania » dure de 1963 à 1966 et c’est la folie en Angleterre : ils sont régulièrement classés numéro 1 du top musique anglais ! Jusqu’en 1966, les tournées des Beatles se font très fréquentes. Malheureusement, les conditions sont de plus en plus difficiles pour le groupe, car les hurlements du public rendent presque inaudibles les chansons. Ils arrêtent donc leurs tournées. Malgré leur succès international, les membres du groupe finissent par se séparer en 1970. Aujourd’hui, seuls deux Beatles sont encore en vie : Paul McCartney et Ringo Starr. John Lennon fut assassiné en 1980 et Georges Harrison mourut fin 2001 à l’âge de 58 ans.

 

Noémie PIRON

 

 

Crédit photo : www.coalhadaburguer.com

 

 

Undertale, le jeu qui affole la critique !

Undertale est un jeu au style volontairement « rétro », développé par Toby Fox.

 

Dans ce jeu, vous jouez le rôle d’un petit personnage nommé Frisk (on vous fera croire durant tout le jeu que l’on peut le renommer, mais en fait il gardera ce nom).

 

Voici les personnages importants :

- Flowey, la fleur : elle vous accueillera en vous expliquant le système de « l’âme » et du « love ».

- Toriel (la gardienne des ruines) : c’est le personnage qui vous guidera au début du jeu. Elle vous empêchera de sortir des ruines.

- Sans : le personnage qui vous guidera tout au long du jeu et qui adore faire de très mauvaises blagues. C’est le grand frère de Papyrus.

- Papyrus : c’est le petit frère de Sans. Il adore les puzzles et il adore cuisiner (surtout des spaghettis). Il tentera de vous capturer durant une partie du jeu.

- Undyne : la chef de la garde royale. Elle tentera, tout comme Papyrus, de vous capturer. Elle donne de très bons cours de cuisine.

- Alphys : la scientifique de la garde royale. Elle est la cause de l’existence de Mettaton. Elle vous accompagnera via le téléphone.

- Mettaton : personnage fabriqué par Alphys. Il est là pour divertir les monstres et… tuer les humains.

- Asgore : le roi du souterrain. Il tentera de vous tuer pour obtenir votre âme et sauver son peuple.

 

 

Il y a trois types de fins :

Route « normale » : On la parcourt en ne remplissant pas les conditions pour la route pacifiste ou génocide.

Route « pacifiste » : On la parcourt en épargnant tout le monde. Il faut avoir fait la route normale pour débloquer la quête.

Route « génocide » : On la parcourt en tuant tout le monde.

 

 

Si ce jeu vous intéresse, il y a une démo et un trailer sur : undertale-fr.com. On trouve ce jeu génial, avec de l’action et du fun ! Lire cet article vous a rempli de détermination : voulez-vous sauvegarder ?

 

 

Stefan NEDELJKOVIC et Enzo REGGANE

 

 

Crédit photo : https://data.mendeley.com 

 

 

Critique cinema : Les animaux fantastiques.

Les Animaux fantastiques est le premier film dérivé de la saga Harry Potter.

 

Il est réalisé par David Yates, le réalisateur des quatre derniers films sur la saga à grand succès. Le scénario du film est écrit par J.K. Rowling, l'écrivaine des aventures du jeune sorcier.

 

Synopsis :

New York, 1926 : Norbert Dragonneau, jeune zoologiste britannique spécialiste des animaux fantastiques, se retrouve embarqué dans une folle aventure. Plusieurs de ses animaux s'échappent de la valise magique dans laquelle ils étaient, provoquant de terribles accidents dans toute la ville. Il pourra compter sur l'aide de Jacob, un moldu (non-sorcier), sur celle de Tina (une enquêtrice) et sur celle de Queenie (sa sœur), qui peut lire dans les pensées. Le risque : que l'existence des sorciers soit dévoilée aux moldus... 

 

Mon avis :

Ce film est génial. Les personnages sont attachants, l'histoire est splendide et les effets spéciaux sont au top. Il convient aussi bien aux fans d'Harry Potter, qu'aux personnes qui veulent découvrir cet univers. De plus, le jeu des acteurs est très réaliste.

 

 

Juliette PIRON

 

Crédit photo : www.allocine.fr